Frappe-toi le cœur // Amélie Nothomb

Frappe-toi le cœur // Amélie Nothomb

« Frappe toi le cœur, c’est là qu’est le génie » Alfred de Musset, une simple citation en guise de quatrième de couverture, Amélie Nothomb n’a plus besoin de présentation.

Amélie Nothomb, sa singularité et sa ponctualité ont un côté réconfortant. Nous n’avons pas été séduites par l’ensemble de son œuvre, certains de ses livres nous ont laissé perplexes. Cependant, Frappe-toi le cœur fait partie de ses meilleurs romans.

L’auteure nous offre un roman particulièrement sombre. On assiste impuissants aux efforts désespérés d’une enfant Diane pour susciter l’amour de sa mère, une mère jalouse de son propre enfant. Elle balaie l’idée de l’aspect inconditionnel de l’amour maternelle, le plus cruel étant que Marie, la mère, ne réserve ce traitement qu’à un seul de ses enfants.

La maternité, l’enfance ainsi que l’amitié sont au cœur de ce récit. Des thèmes chers à Amélie Nothomb qu’elle ne fera qu’effleurer. Pas question de s’étaler pendant des centaines de pages. Le livre est court comme attendu, les personnages sont presque caricaturaux: la « déesse » belle et glaciale, le pharmacien de bonne famille, le surdoué au troubles autistiques… ce livre ne fera certainement pas changer d’avis ses détracteurs qui lui reprochent une sorte de paresse.

Pour notre part, Amélie Nothomb reste une auteure incontournable de la rentrée littéraire que nous retrouvons année après année avec un plaisir certain.

«Il apparaissait maintenant à Diane que le mépris était pire que la haine. Celle-ci est proche de l’amour, quand le mépris lui est étranger»

 

Publicités