La flèche du Scythe // Chroniques merveilleuses T1. Sébastien Morgan

ob_db9766_la-fleche-du-scythe-c1-6x9IIIe siècle après JC, l’Empire Romain est assiégé de toute part. Chaque jour, les peuples barbares resserrent un peu plus leur étau. Des rumeurs font état d’une alliance possible entre les peuples goths autour du descendant d’Arminius, célèbre vainqueur des légions lors de la bataille de Teutobourg. Yares, un auxiliaire scythe est envoyé pour trouver et assassiner ce nouveau roi barbare.

L’éclaireur pénètre dans la grande forêt alors que des forces surnaturelles s’éveillent…

Yares en contrariant les plans de la puissante sorcière Alara ne mesure pas le danger auquel il s’expose. La sorcière jura de se venger et ne cessera de le tourmenter des années durant.  Alors que l’on n’attend qu’une seule chose,  la confrontation entre Yares et Alara, l’auteur nous entraîne dans d’autres récits. Au moyen d’une narration alternée, l’auteur va développer plusieurs histoires en parallèle et introduire une variété de personnages tout aussi passionnants, Mercurius jeune et téméraire, Tarquini déterminé et cruel et bien d’autres qui on l’espère seront développés dans de prochains tomes.

On se sent totalement immergée dans la Rome antique, puissante et excessive avec son goût immodéré pour l’argent, la conquête et le sang. L’auteur mêle l’histoire de Rome, magie, mythologie, un mélange à priori déroutant mais qui fonctionne tout à fait. Les passages avec les Minotaures, Gryphons et autres créatures magiques seront un régal pour tout amateur du genre.

La littérature fantastique a tout simplement besoin de ce livre, surprenant, quelque part entre le roman historique et le roman fantastique. L’intrigue est complexe, les personnages sont attachants y compris la sorcière Alara car sa colère est l’expression de sa douleur, de la perte de l’être le plus chère à ses yeux. Les scènes violentes ne sont jamais gratuites, les scènes de combats ne s’étalent pas sur des pages et des pages, tout est parfaitement dosé. Sébastien Morgan sait ménager le suspens jusqu’à la dernière ligne qui vous laissera sans voix.

Au delà d’un récit d’aventure palpitant, le livre nous offre une véritable réflexion sur la citoyenneté. Le dévouement de Yares pour l’empire Romain est sans limite, son talent de guerrier et son courage font de lui un soldat indispensable. Malgré son courage et ses qualités indiscutables, le traitement que lui réserve certains puissants Romains est révoltant, il reste à leurs yeux un sauvage, un citoyen de seconde zone.

Nous remercions Sébastien Morgan pour nous avoir fait découvrir son premier livre. Le livre reçoit un très bon accueil, amplement mérité et on espère qu’il sera le premier tome d’une longue série passionnante.

La sorcière se redressa et sa voix retentit dans la clairière et aux alentours. Une voix profonde et grave, haineuse et puissante.

-Maudits!! je vous maudis tous!!! je vous retrouverai archers assassins!!! même si vous fuyez jusqu’aux confins du monde, je vous retrouverai!!!

Publicités

Le phénomène Six of Crows

six-of-crows

Six of Crows est un livre plébiscité par les lecteurs qui ne tarissent pas d’éloges sur ce livre qualifié de « coup de cœur violent », « incroyable », « addictif » et bien plus encore. L’auteure Leigh Bardugo ne s’y trompe pas et dans ses remerciements, elle s’adresse directement aux blogueurs/booktubeurs qui ont largement contribué à son succès. Alors mérite-t-il toute cette attention?

Il s’agit du premier tome d’une série de deux livres. Ce premier opus est basé sur un univers introduit par l’auteure dans une précédente trilogie Grisha, mais qu’il n’est pas indispensable de connaître pour la compréhension de Six of Crows.

Dans Ketterdam, théâtre de rixes entre gangs rivaux, Kaz, jeune malfrat aussi dangereux qu’ambitieux, se voit confier une mission impossible. Pour peu qu’on lui offre une somme d’argent suffisante, il ne recule devant rien y compris pénétrer dans le palais de glace qui est un lieu réputé imprenable afin de voler un précieux trésor. Pour mener cette mission à bien, Kaz décide donc de réunir une équipe aux talents exceptionnels.

La grande force de ce livre réside dans la diversité et la complexité de ses personnages.

  • Kaz, surnommé « Dirtyhands » et qui appartient au gang des Dregs. Il est intelligent, mystérieux et adepte de coup bas. Il a toujours un coup d’avance y compris sur les membres de sa propre équipe.
  • Inej, le spectre, une espionne hors pair.
  • Nina, une grisha redoutable mais sensible.
  • Jesper, le meilleur tireur d’élite des Dregs. Il apporte un peu de légèreté dans cet univers très sombre.
  • Matthias, un ancien Drüskelle, chasseur de Grisha, qui est enrôlé de force dans cette aventure.
  • Wylan, un expert en démolition venu d’un milieu privilégié, qui a quitté le domicile familial pour des raisons que tous ignorent.

Le choix de la narration de Leigh Bardugo est brillant. Le lecteur peut se familiariser avec les personnages puisque tour à tour, chacun d’eux endossent la voix du narrateur . On découvre par la même occasion leur histoire et leurs fêlures. Le récit sur le passé de Kaz est particulièrement glaçant.

Tous les ingrédients sont réunis (de manière presque artificielle) pour séduire les amateurs du genre fantasy: des personnages jeunes entre 16 et 18 ans venus d’horizons différentes (vous finirez bien par succomber à l’un d’eux), un fond de romance, un peu d’humour et une bonne dose de violence. Le succès du livre s’explique également par le travail de l’éditeur, une couverture et des illustrations sublimes. Cela peut paraître futile mais c’est un argument de vente non négligeable, surtout quand il s’adresse à un public majoritairement jeune.

Pour ma part, j’ai trouvé le début du livre laborieux voire pénible. D’ailleurs, c’est bien pour cela que je parle à la première personne puisque ma petite sœur a lâchement abandonné la lecture au premier chapitre. Le lecteur se retrouve plongé dans cet univers sans préambule, noyé dans un trop-plein d’informations. Même si j’ai fini par m’attacher à ces personnages et malgré une fin spectaculaire, je n’ai pas ressenti l’urgence de découvrir la suite.